Journée d’étude / Marguerite Duras : le récit à la scène/la scène dans le récit, Lille, 30 septembre 2020

Journée d’étude annuelle Marguerite Duras

Université de Lille (ALITHILA) – Université Paris-Nanterre (HAR) Société internationale Marguerite Duras

Marguerite Duras : le récit à la scène/la scène dans le récit

Journée organisée par Florence de Chalonge et Sabine Quiriconi

Mercredi 30 septembre 2020
Université de Lille
Maison de la recherche (Salle des colloques)
3 rue du Barreau 59653 Villeneuve d’Ascq

Sur  la  scène  du  théâtre,  Duras  met en  valeur  le récit  et  rejette  le  drame,  tandis  que  son roman fait  reposer  la conduite  narrative  sur  la  promotion  de  la  scène,  au  détriment  du  sommaire,  de  la description  ou  de  l’analyse. Ainsi  privilégie-t-elle  le  récit  à  la  scène  et  la  scène  dans  le  récit.  En  ce chiasme  se  joue  chez  l’auteure  la  nature des  relations  entre  texte  et  représentation.

Sur  scène,  Marguerite  Duras  appelle  de  ses  vœux  un  théâtre  «  lu  pas  joué  »,  concentré  sur l’énonciation  et donnant  à  percevoir  le  processus  de  l’œuvre  en  train  de  se  faire.  Elle  exige  dès lors  de  repenser  la  séance théâtrale  comme  une  expérience  esthétique  singulière,  qui  s’affranchit des  pouvoirs  illusionnistes  de  la représentation  et  des  séductions  du  visible  pour  qu’apparaisse  un récit  toujours  recommencé,  mélancoliquement attaché  à  faire  resurgir  –  voir  –  la  scène  originelle où  s’ancrent  l’écrit  et,  tout  autant,  l’amour  ou  le  désir  du crime.

Dans  le  roman  de Marguerite  Duras,  que  la  scène  présente  un  arrière-plan  convenu  («  scène typique  »)  ou qu’elle  mette  en  relief  un  événement  décisif  («  scène  dramatique  »), elle  accorde  à  la dimension  visuelle  une importance  de  premier  plan.  Le  lecteur  est  convié  à  assister  à  une  action comme  sous  ses  yeux  se  déroulant mais  par  les  mots  s’exécutant.  Rhétoriquement,  la  scène  est proche  du tableau ou de l’hypotypose  :  chez  Duras, elle  ouvre  sur  l’Autre  scène, celle  des  scénarios fantasmatiques,  accordant  une  place  particulière  aux  scènes originaires.

Du côté  du  théâtre,  cette  journée  d’études  propose  d’interroger  les  potentialités  scéniques  du récit  durassien  et les  dispositifs  de  convocation,  diversifiés,  que  le  théâtre  «  lu  pas  joué  »  a  inspirés ou  implique  sur  la  scène actuelle.  Les  communications  pourront  s’appuyer  sur  des  spectacles  mis en  scène  par  Duras  mais  aussi  d’autres metteurs  en  scène  ou  chorégraphes,  se  concentrer  sur  le travail  des  acteurs,  des  scénographes,  des  concepteurs son  ou  lumière.

Du  côté  du  roman  ou  du  récit  de  Marguerite  Duras,  l’interrogation  pourra  porter  sur  les relations  entre  la scène et  la  structure  narrative  d’ensemble  (la  scène  porte-t-elle  atteinte  au  récit comme totalité  ?  force-t-elle  à  la répétition  ?  modifie-t-elle  le  déroulement  de  l’histoire,  son  climax ou  sa  chute  ?),  mais  également  sur  les  topoï que  chez  Duras  la  scène  mobilise  et  renouvelle.

Au  théâtre  comme  dans  le  roman,  les  communications  pourront  également  s’attacher  à examiner  la  question  de la  voix  au  sein  des  relations  entre  scène  et  récit  ou  bien  penser  la  nature esthétique  ou  sémiologique  des  liens entre  texte  et  représentation  qui  animent  l’œuvre  de Marguerite  Duras.

9h30
Accueil des participants

10h
Ouverture de la journée

« Le récit à la scène »

10h15
Marie-Madeleine MERVANT-ROUX (CNRS)
Écouter L’Amante anglaise (22 fév.-21 déc. 1969) : entendre la scène de l’oralité

10h45
Chloé LARMET (EUR ArTeC, Université Paris-Nanterre, HAR)
« Lire comme ça ou autrement » : La Pluie d’été scène d’Éric Vigner)

Discussion et pause café

11h45
Christine LETAILLEUR (Metteuse en scène)
Entretien avec Sabine Quiriconi (Université Paris Nanterre), sur sa mise en scène de L’Eden Cinéma (créée en fév. 2020)

12h30
Déjeuner

« La scène dans le récit »

14h
Stéphane LOJKINE (Aix-Marseille Université)
« La scène vide où se jouait le soliloque d’une passion absolue dont le sens échappait »

14h30
Virginie PODVIN (Université de Bretagne occidentale, SIMD)
Scènes du ravissement – ravissement de la scène

15h
Florence de CHALONGE (Université de Lille, ALITHILA)
L’Autre scène : hypotypose et récit

Discussion et pause café

16h
Xavier PHANEUF-JOLICOEUR (Université Mc Gill)
« C’est fait » : la mort feinte dans Moderato cantabile

16h30
Marie-Hélène BOBLET (Université de Caen)
Les scènes dialoguées dans Les Petits Chevaux de Tarquinia

17h15
Clôture de la journée

Étiquettes :